Fut un an et des patates de cela, un groupe de joyeux olibrius décida de créer un blog à la gloire de l'idole des jeunes qui ne le sont plus trop à présent, j'ai nommé, Johnny Bangher.
Johnny Bangher et les Jailed Geeks (Johnny Bangher & the Jailed Geeks dans le texte), c'était le rock à l'état pur. Il fit la couverture de nombre magazines (Télérama, Rock & Folk, les Inrockuptibles, Femme actuelle), eut droit à des produits dérivés, des scandales, et laissa dans les mémoires des tubes intemporels tels que Paris appelle, Karen avec des Rubis dans l’Océan, ou Torsion et cri. On put remarquer que l'engouement pour sa musique n'était pas passé lors d'une vente aux enchères d'une chemise de Johnny sur Ebay, qui atteignit la somme rondelette de 2015 euro.

Moi-même, en fouillant dans le grenier de mes parents (c'est pratique, un grenier, dans ces cas-là), j'ai retrouvé certaines reliques que je me suis empressée de communiquer aux responsables du blog. Ainsi, par exemple, un ticket de concert, un briquet et une paire de chaussettes.

Et puis, la belle émulation du début passa, et les créateurs du blog se séparèrent, partant chacun sous d'autres cieux. Le blog, resté à l'abandon, vit apparaître certaines publicités, telles de mauvaises herbes, et des images furent définitivement perdues...

Pourtant, non, Johnny Bangher n'est pas oublié ! Et c'est avec une certaine émotion que je vous présente aujourd'hui un produit dérivé dont on n'avait pas encore parlé... un jeu vidéo, de la belle époque pré-gameboy dont le héros n'était autre que le grand Johnny !